Monnaie Libre n°36 Mouvement d’entrepreneurs « les tondus » avec Guillaume Thomas

Dans cet épisode, Monnaie Libre reçoit Guillaume de Thomas, le fondateur du mouvement d’entrepreneurs « les tondus« . Un mouvement qui frappe fort, puisqu’ils sont plus de 70 000 à suivre la proposition de ne plus payer les charges patronales jusqu’à ce qu’ils soient entendus.

Les tondus

L’émission traite bien sûr du sens du mouvement et de ses revendications, mais va au delà en traitant de la complexité du système économique et social Français dans sa forme, ses causes et ses possibilités de réforme.

L’émission aborde aussi en troisième partie le problème des droits fondamentaux liés à l’asymétrie de la monnaie-dette, trace des ouvertures vers l’émergence des monnaies numériques telles que le bitcoin et évoque le Revenu de Base inconditionnel en référence aux expériences multiples déjà menées (Namibie, Alaska, Inde…) ainsi qu’aux designs symétriques des autres monnaies numériques en gestation. Un sujet qui fait l’actualité internationale avec le Basic Income Earth Network ou la décision de l’Allemagne de reconnaître le bitcoin mais qui semble encore inconnu des entrepreneurs Français.

Un épisode au final extrêmement riche, avec un « serial entrepreneur » qui connaît très bien, pour les avoir expérimentés, les travers multiples du système économico-social Français.

  • Première pause musicale « Une alchimie secrète » sous licence Art Libre de Lessazo
  • Deuxième pause musicale « beauty » cc-by-sa Tryad
  • Générique GNUArt « no more dreams » de nighter

cc-by-sa Monnaie Libre


Commentaire

Monnaie Libre n°36 Mouvement d’entrepreneurs « les tondus » avec Guillaume Thomas — 10 commentaires

  1. J’aime la fin de l’émission, il très difficile de faire comprendre que le revenu de base inconditionnel n’est pas une revenu unique universel !

    Peut être qu’il faudrait dire tout de suite que notre revenu final == revenu de base inconditionnel + le salaire de son travail.

  2. @Stéphane il faut surtout adapter le message en fonction de là où se situe l’interlocuteur. Par exemple expliquer directement la nature fondamentale d’une monnaie libre relativiste démontrée par la TRM à un entrepreneur ou un salarié qui ne s’est jamais posé de question sur la nature de la monnaie, serait trop radical.

    Il convient donc d’avoir développé plusieurs approches permettant la compréhension progressive de la nature d’un RdB, comme il y en a dans les 400 posts et plus de creationmonetaire.info

  3. +1 avec Galuel, la fin de l’émission montre que le discours demande des notions techniques à assimiler.

    L’accroche courte et synthétique qui permet de rendre l’ensemble compréhensible et évident est encore à trouver!

  4. Liberté de choix ok, j’adhère,
    Égalité face au paiement ok, j’adhère,
    Fraternité, vous en faites quoi Stephane?

    Je comprends les revendications quant à la clarté des cotisations sur la feuille de paie.
    Après la seconde guerre mondiale, on a fait le choix d’un système fraternel où l’employeur cotise en partie pour ses employés. Cette cotisation est donc dû à l’employé! Ainsi, vous souhaitez ne plus payer ces cotisations, vous souhaiteriez donc verser le montant équivalent à vos employés directement, n’est-ce pas?

    Comme d’autres pays, on aurait pu ne pas inscrire la fraternité dans notre contrat social et laisser le salarié se débrouiller. Et comme d’autres pays, on aurait pu faire le choix d’un moindre système social… plus libéral, mais on ne l’a pas fait. On a laissé le libéralisme aux autres pans de la société.

    Notre symbole c’est Liberté, Egalité, Fraternité, pas un coq qui chante les pieds dans la merde!

    Je suis pour une monnaie libre telle que décrite par la TRM, mais je suis aussi pour la sauvegarde d’un système social fraternel.

    Je vous propose de n’employer que des personnes capables de lire et comprendre leur feuille de paie. Si ils ne savent pas, invitaient les à se renseigner avant de revenir. Pôle Emploi à un rôle à jouer la dedans peut être.

    La solidarité ne fonctionne pas???? non mais ce qu’il ne faut pas entendre… à vomir!

    Que les entreprises aient des difficultés, je ne sais pas (par contre, sachez qu’on vit bien en France, parole de voyageur tourdumondiste!), je ne me prononce pas et c’est pourquoi j’ai commencé à écouter votre podcast, mais si votre solution est de rejeter en bloc la solidarité, je m’arrête à la 29° min.

    Je suis pour un dépoussiérage du système. A dire vrai, je pense que si on instaurait une monnaie libre, il faudrait revoir le système à la base. Je suis désolé, mais j’espère que la solidarité et la fraternité seront aussi les ciments de ce nouveau système social! (au même titre que la liberté et l’égalité, cela va sans dire).

    Bonne chance pour votre combat mais je ne le soutiens pas. Je vous invite à visionner cette étude dont les résultats sont hallucinants : http://www.ted.com/talks/chrystia_freeland_the_rise_of_the_new_global_super_rich.html
    Que pensez vous d’un peu plus de taxe pour ces gens là? toujours pas? moins peut être…
    Non pas que je sois contre les riches, mais je suis scandalisé par le nombre de personnes que je rencontre au quotidien qui ne peuvent pas se soigner, dont les enfants ne peuvent pas aller à l’école et qui trop souvent ne peuvent pas même se nourrir convenablement.

    Et je crois sincèrement que l’empathie, le partage et la solidarité sont les solutions à ces problèmes.

    (j’écoute quand même la fin par curiosité)

  5. @thatoo Je reprends : « A dire vrai, je pense que si on instaurait une monnaie libre »… Une monnaie libre n’a pas besoin pour « être instaurée » d’un « on » indéfini et sans aucune légitimité. Deux individus d’accord entre-eux suffisent à l’initialiser et sans aucun besoin par ailleurs de dépoussiérer quoi que ce soit.

    De la même façon, pour entrer en Bretagne un individu n’a nul besoin de s’occuper de ce qui se passe dans le Jura.

    Si des individus dans le Jura estiment par ailleurs que telle ou telle chose, bonne pour la Bretagne, seraient bonnes pour le Jura, ils peuvent la mettre en oeuvre sans aucun besoin d’en demander l’autorisation aux Bretons.

  6. @Galuel : entièrement d’accord, désolé si c’était trop indéfini. Je supposais que le « on » était compréhensible puisque je ne parlais que de la France, il s’agissait donc des citoyens français.

    • @Thatoo les citoyens Français en totalité ou en partie n’ont absolument aucune obligation à renouveler dans le temps ni une monnaie ni un droit qui soient uniques ou divers et décidés par des morts. Tout nouveau né est en mesure d’effectuer de libres choix relativement à ceux qui n’existent plus.

  7. @Galuel : oui, je suis aussi d’accord avec ça, et donc…
    ai-je dit le contraire quelque part?

    Tu me reprends parce que je parle de « l’instauration d’un système »? je ne comprends pas ce qu’il y a de contradictoire. On peut avoir un système qui accueil en son sein l’évolutivité (dans le temps) et la modularité (dans l’espace). Sinon, perso, je ne suis pas contre essayer de vivre dans un pays anarchiste, je pense que je saurais me comporter, ainsi que la plupart des gens. Malheureusement, beaucoup ne croient pas en leur capacité ni en celle des autres, à vérifier mais il me semble que la majorité serait plutôt en faveur d’un système contraignant.

  8. @Thatoo tu es libre de développer, réaliser et adopter le système monétaire de ton choix. De sorte que chacun étant libre il n’y a pas à adopter ou rejeter ce qu’une « majorité » « favoriserait » ou non, car il n’y a aucune « majorité » dans la liberté, il y a des choix individuels dont certains sont de même nature et d’autres non, formant des majorités apparentes ou non, qui ne brisent en rien les libertés des minorités apparentes.

    • vrai!
      laissons le temps au temps pour que les choses évoluent.

      A dire vrai, mes propos initiaux portaient sur l’instauration d’un système fiscale pour financer le système social de la France, si les français décidaient un jour d’adopter une monnaie libre.
      Je sais bien qu’en attendant, chacun est libre d’adopter le système monétaire qu’il souhaite, à l’obligation prêt de devoir payer ses impôts en €, au moins la TVA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.